Est-ce un retour du "permis de végétaliser" qui avait déchaîné les passions en 2018, et qui n'a finalement duré que douze heures avant d'être vite supprimé par les autorités devant le tollé que leur projet avait provoqué? Pas tout à fait : la Ville de Charleroi a appris de ses erreurs, déjà sur la façon de communiquer, ensuite sur l'objectif d'un tel permis.

Il est toujours question d'avoir besoin d'un permis pour avoir un pot de fleurs devant chez soi, mais sous forme d'un passeport, d'un "laissez-pousser", qui donnera accès à ceux qui le souhaitent à la voie publique. Végétaliser des pieds d'arbres sur les voiries (attention, pas dans les parcs!), installer de plantes grimpantes sur des façades à front de voirie, et placer de bacs à fleurs le long de sa façade sont désormais possibles. Il s'agit d'une proposition du bourgmestre Paul Magnette, en charge de la Nature en Ville.

"Ca n'a que des aspects positifs, ça permettra que les voisins se découvrent et se parlent, échangent un mot sur la végétalisation de leur rue, ça crée du lien. Ca permettra également, au niveau micro, de reprendre possession de leur ville. Et ça participe, à son niveau, à la lutte contre le réchauffement climatique" , s'est félicitée Marie-Anne Gailly pour le groupe Ecolo du conseil communal.

Derrière ce nom mignon de "laissez-pousser", il y a aussi une nouvelle façon de voir ce permis de végétaliser. Le règlement de 2018 imposait la couleur des pots, la couleur des fleurs et la décision du collège pour accepter la demande, alors qu'ici ces détails ne sont plus réglementés, et le dossier est confié à l'administration. C'est subtil, mais la nuance est là. Dans le fond, le principe est pourtant toujours le même : il faut un permis pour déposer un pot de fleur devant chez soi. Mais alors qu'avant, aucun règlement n'existait et l'appropriation des espaces publics se faisait, donc, illégalement, il est désormais possible d'avoir une autorisation de la ville. Et cette fois, l'opposition n'a rien eu à redire sur le règlement, qui existe sous une forme similaire dans de nombreuses autres villes.

"Des possibilités pour l'installation de bacs "incroyables comestibles", de jardins partagés, etc. suivront par après" , nous indique Marie-Anne Gailly, "c'est en tout cas le souhait d'Ecolo."

Pour obtenir le permis, les demandeurs sont tenus de compléter le formulaire de demande, de signer la charte et de renvoyer ces deux documents disponibles sur www.charleroi.be par mail ( vegetaliser@charleroi.be ) ou par courrier (Service Cohésion sociale et participation – Laissez-pousser, Chaussée de Nivelles 177, 6041 Gosselies, 0472/19.03.32).