L'appel au calme rassurant du ministre de la Mobilité Philippe Henry n'aura pas fait effet sur l'inquiétude des travailleurs du TEC Charleroi. Le mouvement spontané lancé vendredi par la CGSLB (syndicat libéral) continue en effet samedi.

Comme vendredi, ce samedi aucun bus ni métro ne circule sur les lignes du TEC Charleroi. Vendredi matin, le syndicat avait prévenu que "le mouvement pourrait durer", puisque le dialogue social est rompu entre le TEC et ses travailleurs, nous expliquait-on.

En cause : l'appel du TEC à des compagnies privées pour renforcer les lignes principales à Charleroi, puisque les bus ne peuvent pas être bondés à cause du Covid. La crainte des travailleurs est de voir une privatisation progressive du TEC commencer avec cette décision de faire appel au privé pour renforcer un service public "qui a les moyens de se débrouiller en interne".