Vous êtes plombier à Gosselies, médecin à Couillet, comptable à Marchienne ou courtier d’assurance à Charleroi ? Dès à présent, vous serez prévenus personnellement des travaux publics planifiés dans votre quartier, du moins si la rue où vous exercez votre activité est concernée par un chantier ou se situe sur un itinéraire de déviation.

En plus du courrier adressé aux riverains par l’entrepreneur, l’échevin de la Voirie et des Travaux Eric Goffart vient de mettre en place un "call center chantiers".

À lire aussi | L’échevin Goffart pied au "plan G": traiter en VIP les 15.000 indépendants actifs à Charleroi

Fonction : faire part aux indépendants du phasage des travaux dès qu’ils sont planifiés, et de leur état d’avancement. Retards éventuels, clôture anticipée, modifications du plan de circulation, interdictions temporaires d’accès. "Chaque jour, nous actualisons les données auprès des différents coordinateurs de chantiers. Notre challenge est de partager ces informations avec les indépendants installés sur notre territoire. Ce service s’adresse à tous les titulaires d’un numéro à la BCE, banque carrefour des entreprises", observe l’échevin. Des membres de son cabinet seront affectés à la tâche. "On passera ainsi de la réactivité à la proactivité".

La dynamique est lancée : à ce jour, 76 indépendants ont déjà été contactés pour des chantiers en cours ou terminés, dont celui de la rénovation de la rue Chevrefeuille à Marcinelle qui a débuté ce lundi.

"Les retours sont très positifs", selon Goffart. "D’autant que ces prises de contact offrent l’opportunité de remonter des infos sur l’état du quartier (avaloirs bouchés, présence d’un dépôt clandestin, etc.)." Cette démarche va se poursuivre en collaboration avec le cabinet du bourgmestre (Aménagement Urbain) et l’intercommunale Igretec, maitre d’ouvrage délégué pour les projets Charleroi DC. "Le plan voirie de la mandature concerne 275 rues. Nous y avons recensé près de 3.000 acteurs économiques", poursuit-il. "Chacun sera averti individuellement. Plusieurs fois s’il le faut en fonction de l’évolution des travaux."