Le rapport préconise de rendre le cœur de l’outil accessible aux visiteurs.

En septembre dernier, l’accueil du ministre wallon du Patrimoine Maxime Prévot (CDH) avait douché l’enthousiasme des membres du collectif citoyen carolo, venus déposer à son cabinet une demande d’inscription du haut fourneau n.4 en péril sur la liste de sauvegarde.

À Charleroi, la commission communale Patrimoine industriel de la zone Porte Ouest a continué à travailler sur le projet, et les conclusions de son groupe de travail relancent l’espoir de pouvoir préserver la dernière cathédrale de feu du Hainaut, sur le site de Carsid.

Une telle opération n’est pas incompatible avec le développement de l’activité industrielle au sud, indique le rapport qui sera présenté officiellement la semaine prochaine. Dans ce cadre, un périmètre de protection a été défini, des éléments à conserver prioritairement ont été identifiés, en tenant compte de la valeur marchande des pièces qui peuvent être revendues par le groupe Duferco avec lequel les négociations se poursuivent.

Si l’accès des visiteurs s’opérerait par le nord via une passerelle entre l’agglomération et le haut fourneau, des outils seraient démantelés à l’ouest pour permettre une vue d’ensemble.

Ce ne serait pas le cas du système de production de vent chaud en préparation, ainsi que les skips comme on nomme les bennes servant au transport de la matière. Dans le réacteur du haut fourneau, certains éléments comme les staves peuvent être valorisés, indique encore la note, ils ne sont pas indispensables à la compréhension de son fonctionnement.

Le rapport préconise de rendre le cœur de l’outil accessible aux visiteurs. Au nord, le hall de coulée servirait d’entrée principale. Dans un but didactique, les routes de coulées seraient reconstituées.

Toute l’infrastructure d’épuration des gaz serait aussi préservée. Il reste à chiffrer le coût de ce scénario, ce qui est en cours.