L’heure est à la rénovation pour la gare de Châtelet. Depuis plusieurs semaines, échafaudage et grilles de sécurité sont présents sur le site.

Les travaux devraient prendre fin dans le courant du mois de janvier 2017. Objectif principal : remettre à neuf la toiture du site et les marquises, les auvents vitrés protégeant, entre autres, le quai.

Il s’agit, aujourd’hui, de la seconde phase de rénovation de la gare. “C’est un défi : nous souhaitons valoriser ce genre de bâtiments, tout en nous adaptant aux besoins de la clientèle”, explique le porte-parole de la SNCB. “Il s’agit d’un patrimoine à mettre en avant mais la mission est difficile”, assure-t-il.

Il faut dire que l’entretien d’un tel édifice est délicat. Ajoutons à cela le manque de surveillance et l’on comprend aisément la difficulté de maintenance que représente une bâtisse de cette taille. D’autant qu’au fil des années, les habitudes ferroviaires des voyageurs ont profondément changé.

“Les voyageurs ne passent plus forcément par les guichets”, reprend le porte-parole de la SNCB. Dès lors, la capacité d’un tel bâtiment devient rapidement extravagante et, surtout, inutile. La salle d’accueil et des pas perdus n’est, par exemple, plus une nécessité.

Effectivement, la gare de Châtelet représente pas moins de 2.000 m2 de surfaces disponibles. Pour la SNCB, il est inenvisageable d’utiliser l’intégralité de cet espace. Désormais, à peine 400 m2 sont utilisés, au quotidien. C’est également une réalité de l’époque actuelle : ni la SNCB, ni les voyageurs n’ont besoin d’autant de places.

En ce sens, la SNCB a décidé d’ouvrir deux portes. La première menait à la commune. Une reconversion de la partie libre en crèche, en locaux pour le CPAS, voire en logements sociaux peut être envisagée. Cependant, la ville de Châtelet a préféré ne pas s’intéresser à l’édifice.

Le deuxième choix se porte logiquement vers le secteur privé : commerces ou restaurants pourraient, à terme, investir la gare châtelettaine… même si, pour l’heure, aucun partenaire privé ne s’est encore manifesté officiellement. Dans tous les cas, du côté de la SNCB, cette éventualité existe.

Dans un état de délabrement inquiétant voici un an, la gare de Châtelet reprend vie, petit à petit. Pour cette opération rénovation, c’est un budget de 600.000 euros qui a été élaboré. Un relooking nécessaire et bénéfique.