La polémique provoquée par la participation du président du MR, Georges-Louis Bouchez, à un débat face au président du Vlaams Belang, Tom Van Grieken, sur un plateau de télé flamand, a provoqué une onde de choc jusqu’à… Châtelet. En urgence, le conseiller Daniel Soudant, ex-président du MR local passé à DéFI, a proposé au conseil de voter une motion demandant aux présidents des partis démocratiques francophones de réaffirmer et même de renforcer les chartes et le code de bonne conduite face aux formations d’extrême droite.

En outre, le conseiller insistait sur la nécessité de renforcer les actions communales pour mieux faire connaître l’autre, les différentes cultures, favoriser la compréhension mutuelle, "l’extrême droite venant de la peur de l’autre, de sa méconnaissance". Ce qui est d’autant plus pertinent, dit-il, dans une ville cosmopolite telle que Châtelet, où sont représentées différentes communautés.

La cheffe de file MR, Tatiana Gabrielli, a évidemment été la première à prendre la parole. Elle n’a pas manqué de faire remarquer que son parti, au niveau national, avait réaffirmé très fermement son adhésion au code de bonne conduite. Mais elle a contesté l’urgence du point, y voyant une « rancœur » du porteur de la motion envers son ancien parti, ce que l’intéressé a nié sans ambiguité.

Pour Daniel Soudant, l’urgence, acceptée par le collège PS, se justifiait, tant les populismes et l’extrême droite progressent en Europe. C’est le cas en Pologne, en Hongrie où le président Orban a été réélu, et en France où le RN a décroché 42% aux présidentielles. "Quand on est un vrai démocrate, on ne peut que réagir", commentait Daniel Soudant après coup.

Luc Bogaert (Ecolo) lui a emboîté le pas en insistant sur la stratégie à mener pour prévenir le phénomène en agissant auprès de la jeunesse – associations, AMO, conseil des jeunes et écoles. "Il y a une réflexion à mener pour les réconcilier avec la démocratie", a-t-il dit. Ecolo a voté pour la motion, de même que le Modem, DéFI et même la Droite citoyenne. Le MR s’est abstenu, de même que le PS, celui-ci s’alignant sur la déclaration de son président, Paul Magnette, prenant acte de la position prise lundi par le MR de continuer son adhésion à la charte. Avec 7 voix sur 30, la motion n’a pas été retenue. B.W.