Pour les autorités locales, hors de question que Proximus impose sa technologie sans informer les citoyens sur les éventuels dangers.

Proximus avait annoncé, timidement, l'arrivée de la 5 G sur le territoire belge. Parmi les 30 sites désignés, deux se trouvent dans la commune de Châtelet (un à Châtelet et un autre à Bouffioulx).

Très vite, certaines communes dont Louvain-la-Neuve et ensuite Yvoir, ont exprimé leur désaccord devant ce qui est un "fait accompli" pour beaucoup. Le lancement, sans concertation avec les communes impliquées, de cette nouvelle technologie en pleine période de confinement en a surpris plus d'un.

A Châtelet, les autorités communales ont décidé de se positionner et se ranger dans le camp des opposants, du moins comme cela a été présenté par Proximus. Malgré le confinement, le Collège Communal a souhaité communiquer sur la situation et la manière dont l'entreprise historique belge a agi pour "imposer" sa 5G sur le territoire châtelettain. "Lorsque Proximus a annoncé que Châtelet faisait partie des communes concernées par la mise en place de la 5G, ce fut la surprise. En effet, le Collège n’avait pas été sollicité ni informé de quelque façon que ce soit sur cette technologie ou l’instauration de celle-ci. Sachant que la Ville n'a pas été sollicitée à cet effet, nous manquons d'éléments qui nous permettent d'identifier des arguments favorables à l'implantation de la 5G. Certes, le fait d'avoir la fibre et la 5G sur notre territoire pourrait éventuellement convaincre un nouveau genre d'entreprises à venir s'installer, mais dans l'état actuel cela n'est d'aucun intérêt. Par contre, ce que nous savons, c'est que nos citoyens sont nombreux à s'en inquiéter et à ne pas en vouloir. Dès le lendemain de l'annonce de la 5G, le Collège a questionné Proximus sur les raisons de ce choix, les risques liés à la 5G et un complément d'information. Pour l'heure, nous n'avons pas obtenu de réponses. Pour bien comprendre, sur le plan technique, Proximus exploite ses antennes 4G les plus récentes et augmente leur capacité d'émission / réception dans les normes déjà autorisées tant au niveau fédéral que régional. Ce n'est pas du tout une compétence communale."

Même si la commune est priée de rester en dehors du débat, le bourgmestre Daniel Vanderlick et son équipe ne l'entendent pas de la sorte : "après interpellation restée sans réponse, il sera décidé dès la prochaine réunion du Collège d’exiger l’interruption du déploiement du réseau 5G sur le territoire de la Ville de Châtelet tant que l’opérateur n’aura pas présenté son projet et les risques qui y sont liés auprès des citoyens."