Aux côtés du prévenu, il devait y avoir Madison, sa compagne. Mais cette dernière n'a, selon le parquet, "pas compris ce que signifiait une citation à comparaître devant un tribunal correctionnel" et sera jugée par défaut. Avec Christopher, elle forme un couple qui passe le plus clair de son temps à ne rien faire. Les deux amoureux, au CPAS, se lèvent à midi, consomment de la cocaïne depuis plus d'un an et demi pour environ 500 euros par mois. Dans ce cadre de vie loin d'être idyllique, Christopher et Madison s'apprêtent à accueillir un bébé, alors qu'ils ont déjà perdu la garde d'un enfant.

Le 3 janvier dernier, le couple aurait commis un abus de confiance et trois retraits frauduleux avec la carte de banque du parrain à Madison. En un peu plus d'une heure de temps, Christopher a retiré 70, 120 et 150 euros à Gosselies et à Charleroi. "Je ne me souviens pas. C'est possible, mais le parrain prête parfois sa carte de banque", justifie le prévenu.

Une dizaine de jours plus tard, ce dernier admet avoir "pété un câble" au sein du sas de la banque Belfius de Chimay. Il a tenté d'arracher 200 euros à une cliente, qui venait de retirer l'argent à un distributeur après avoir récupéré sa nouvelle carte. "Il criait « c'est mon argent, c'est mon argent ». La victime, avec laquelle il a 30 ans d'écart, s'est cramponnée à ses billets au point de tomber au sol. Le prévenu n'a pu qu'obtenir des bouts de billets", confirme le parquet.

La cause de cet énervement ? Une envie de cocaïne, mais aussi la frustration de ne pas obtenir une nouvelle carte de banque visiblement tant attendue par Christopher. Le parque propose une peine de 30 mois de prison contre ce dernier, avec un sursis probatoire partiel aux conditions contraignantes. Pour Madison, une peine d'un an de prison est requise. "Je ne me serais pas opposée à un sursis probatoire si elle avait été là", confie la substitute Dutrifoy, en déplorant l'absence de la prévenue.

Me Widart, à la défense, plaide un acquittement pour les trois retraits frauduleux. Le pénaliste estime que le caractère frauduleux n'est pas rempli puisque le parrain a admis avoir prêté sa carte de banque à sa filleule. Pour la tentative de vol, c'est une suspension probatoire qui est sollicitée. Jugement le 21 avril.