Un violent incendie s’est déclaré, samedi peu avant 16 h, au sein d’une écurie de la rue des Lorrains à Châtelet. L’exploitation d’Emile Georges abritait une quinzaine d’équidés, dont plusieurs chevaux de trait, répartis dans des boxes, de part et d’autre d’une réserve de foin. Le brasier qui n’était toujours pas entièrement éteint hier s’est déclaré pour une raison indéterminée dans ce vaste entrepôt, prenant au piège les animaux.

À la vue de la colonne de fumée, plusieurs jeunes se sont portés au secours des chevaux, tentant de les extirper des flammes. "Leur geste est louable, mais à l’arrivée des pompiers de Charleroi, ces personnes ont encore voulu prêter main-forte", explique le commissaire De Brabander, de la police locale de Châtelet-Aiseau-Farciennes. "Le problème, c’est qu’ils ont gêné le travail des hommes du feu. Comme les esprits s’échauffaient, nous avons dû procéder à trois arrestations administratives."

Une fois les portes de l’écurie ouvertes, les chevaux se sont enfuis dans les prairies avoisinantes. Deux d’entre eux ont même traversé la chaussée de Namur pour aller se réfugier dans un pré voisin. "Malheureusement, trois poneys de trait et deux chevaux de monte sont restés coincés dans les flammes. Nous n’avons rien pu faire pour eux", déplore le Lieutenant Méan, porte-parole des pompiers de Charleroi. Des cadenas étaient apposés sur certains boxes, rendant la libération des équidés plus difficile encore.

"L’exploitation étant assez reculée, nous avons également connu des problèmes d’approvisionnement en eau, poursuit le Lieutenant. Pour l’heure, l’origine du sinistre n’est pas encore connue. Un expert descendra sur place. Un phénomène d’autocombustion de la paille n’est pas à écarter."

Parmi les équidés survivants, plusieurs ont été grièvement brûlés et deux d’entre eux ont finalement dû être euthanasiés. La solidarité entre amis des chevaux s’est immédiatement mise en place : les rescapés ont ainsi trouvé refuge aux haras de Fagnet à Joncret et au manège des Sauvlons à Villers-Poterie, lui-même dévasté par un incendie en 2008.