Inconnue de la justice, Claire (prénom d’emprunt) comparaît pour la toute première fois devant le tribunal correctionnel. Et pour une première, on peut dire que la quadragénaire fait fort, suspectée de faits graves. Après avoir été inculpée et placée sous mandat d’arrêt pour une tentative de meurtre, Claire doit finalement répondre d’une prévention de menaces.

Les victimes sont plusieurs jeunes adolescents. Dans le lot, il y a même le petit frère d’une des adolescentes âgé seulement de 9 ans. Heureusement, aucun d’entre eux n’a été gravement blessé. Mais les conséquences auraient pu être beaucoup plus dramatiques et Claire aurait pu comparaître devant la Cour d'assises. Le 9 juin 2019, à Couillet, Claire a volontairement foncé sur les ados, divisés en deux groupes, au volant de sa Toyota Starlet.

Vers minuit, la police a été requise pour un banal accident de roulage avec des dégâts matériels. Les policiers constatent bien la voiture de Claire, accidentée après avoir percuté un mur. Mais cette dernière n’a pas perdu le contrôle de sa voiture et a agi volontairement. Rapidement, les langues se délient. Les jeunes expliquent aux policiers avoir pris peur lorsqu’ils ont vu la conductrice "qui semblait déchaînée, énervée et droguée", foncer volontairement sur eux. Un premier groupe a évité le choc. Après une marche arrière, Claire a foncé vers le second groupe. "Je voulais leur faire peur, mais pas les toucher", explique la prévenue, également sous l’influence de cinq médicaments différents au moment des faits. "Elle avait notamment ingurgité des antidépresseurs et des somnifères."

Claire va même plus loin et parle d’une perte de contrôle psychologique. "J’étais à bout, en pleine instance de divorce. Je ne voyais plus mes cinq enfants et j’étais fortement perturbée." En couple depuis trois jours, Claire venait de se disputer avec son compagnon au sujet de l’ex-compagne de ce dernier. Et elle avait été informée de la possible présence de sa rivale amoureuse au milieu des jeunes… Elle voulait « faire un carnage », d’après ses dires.

Initialement qualifiés en tentative de meurtre, les faits ont depuis lors été requalifiés en menaces avec le véhicule grâce au rapport de l’expert automobile. Ce dernier a affirmé que Claire ne devait pas rouler à plus de 20km/h et qu’un piéton attentif aurait eu le temps d’éviter la voiture. "Il précise même que s’il y avait eu un impact avec les jeunes, cela aurait entrainé des lésions légères ou moyennes." L’expert va donc dans le sens des explications de Claire.

Une peine de deux ans de prison est toutefois requise contre Claire. Vu la chute émotionnelle vécue par Claire, un suivi très strict via un sursis probatoire est fortement conseillé. Jugement pour le 12 février prochain.