Kevin a appris que sa compagne le trompait. Avec son beau-frère et un ami, il s’est rendu au domicile de l’amant, lui faisant passer un sale quart d'heure.

Chris en impose par son gabarit. Grand, musclé et tatoué, difficile de se dire qu’il a pu être tabassé par le seul Kevin. Pourtant, c’est ce que prétendent les trois prévenus face au tribunal. 

Le 9 octobre 2017, à Carnières, Kevin subtilise le GSM de Madison. Il découvre que, caché sous le nom de Sabine, Chris échange avec sa compagne. Les deux personnes ont une relation, après leur rencontre cinq jours plus tôt à la salle de sport. 

Kevin veut rencontrer l’amant de sa chérie et l’appelle, lui proposant de venir le voir sur Binche. Mais Chris refuse de se déplacer et file son adresse à Kevin. Ce dernier fonce dans son véhicule, énervé vu la situation pour se rendre au domicile de Chris.

Deux versions différentes

C’est à ce moment-là que deux versions s’opposent. Kevin aurait fait la rencontre de Laurent, son beau-frère, à la pompe à essence. Laurent est accompagné par Aitor, troisième prévenu. D’après les trois hommes, Kevin s’est confronté seul à Chris avant que Laurent et Aitor n’interviennent à la fin de la rixe. 

Mais Chris lui signale avoir vu débarquer deux voitures à son domicile et quatre hommes, armés d’un couteau, d’une batte de baseball et d’un poing américain. "Ils se sont jetés sur moi, j’ai reçu des coups au cuir chevelu, des coups de poing et de pied quand je me trouvais au sol", précise la victime. 

L'homme a subi une incapacité de travail de plus de quatre mois. "J'ai eu une fracture du coude et depuis lors, j'ai plus de 60 % d'invalidité de mon bras gauche."

Des témoins qui confortent la version de la victime

Sur base des éléments présents dans le dossier, le ministère public accorde plus de crédit à la version de la partie civile. Des lésions sur Chris ont été constatées par les policiers intervenus sur les lieux. De plus, des témoignages évoquent une agression par plusieurs personnes. 

La clémence a été requise pour Kevin et Aitor. Par contre, pour Laurent V., une peine ferme a été requise sur base de ses antécédents judiciaires. Le Binchois a été condamné à 8 ans de prison ferme en 2010 pour une bagarre mortelle lors du carnaval de Binche en 2007.

Me Christian Widart, conseil de Kevin, plaide l’acquittement, invoquant la légitime défense et la provocation à la suite de la découverte de la liaison. Laurent et Aitor plaident également l’acquittement. 

Jugement, le 7 février 2020.