Cédric est loin d’être un enfant de chœur. Et dès qu’il se retrouve confronté à une personne, l’homme de 40 ans n’est pas du genre à prôner le calme. Non, Cédric se permet de réagir violemment, comme ce fut le cas avec quatre victimes différentes en l’espace de deux ans. Au total, Cédric a écopé d’une peine de 67 mois de prison pour deux dossiers reprenant six préventions : quatre scènes de coups et blessures, des menaces écrites et un vol avec effraction au domicile de son voisin.

En formant opposition à ces deux jugements, le prévenu espère ne pas alourdir son casier judiciaire qui fait déjà état d’une lourde condamnation à 5 ans de prison en 2006, devant la Cour d’assises, déjà pour des coups et blessures. Et pour chaque réaction violente, Cédric ne manque pas d’explication.

Par exemple, pour la plus récente scène qui a eu lieu en septembre 2020, Cédric était tranquillement en train de mixer du "hardcore" quand un homme lui a fait une remarque. "Pour lui, c’était de la musique raciste, alors il m’a reproché d’écouter ce type de musique. Il a ensuite lancé un pavé à ma fenêtre ouverte et je suis descendu pour lui donner deux, trois coups de poing", explique-t-il.

Pour le parquet, la réaction du prévenu fut encore plus violente que ce qu’il voudrait faire croire puisque la victime a reçu des coups au sol, jusqu’à ce qu’elle ne bouge plus. Le parquet souhaite la confirmation des deux peines prononcées. Jugement le 10 décembre.