La fillette de 6 ans était aussi punie à coups de louche par son père violent

CHARLEROI Du haut de ses six ans, Aïcha (prénom d’emprunt) était quelque peu fâchée avec le calcul mental. Cela ne plaisait pas à son père, Lyazid, qui pour la punir, l’a corrigée sévèrement à coups de pantoufles.

C’est donc avec deux yeux au beurre noir que la fillette a débarqué un matin de 2011, à son école de Mont-sur-Marchienne.

À l’institutrice inquiète, Aïcha a raconté l’épisode de la pantoufle. Avec les enquêteurs, lors de l’audition vidéo filmée, la petite fille a décrit d’autres sévices, à savoir des punitions à coups de louche.

Interrogé, Lyazid a nié les faits, déclarant que l’enfant s’était battue la veille avec une camarade, à la garderie. Mais vu la violence de coups, cette thèse ne tient pas la route : aucun bambin n’aurait pu provoquer des hématomes aussi importants. D’autant que Lyazid, convoqué pour coups et blessures devant le tribunal correctionnel de Charleroi, se voyait reprocher une autre scène toute aussi brutale.

Les faits s’étaient produits lors de la remise de l’enfant à sa mère, conformément à son droit de visite.

Des témoins avaient vu le père indigne sortir brutalement sa fille de la voiture et la gifler. Il l’avait ensuite photographiée devant le domicile de son ex-femme.

Dans son jugement rendu ce vendredi, le tribunal correctionnel de Charleroi a estimé les préventions établies.

Lyazid ne possédant pas encore de casier judiciaire, il bénéficie toutefois d’une mesure de faveur.

L’intéressé s’en sort avec une peine de 12 mois de prison avec sursis durant trois ans et 275 € d’amende.

On espère simplement qu’il n’aura pas passé sa colère sur la petite Aïcha.



© La Dernière Heure 2012