Grâce un lifting complet des extérieurs, intérieurs et de l'isolation l'école industrielle a retrouver une jeunesse. La "vieille dame" s'est offert, pour ses 150 ans, bien plus qu'un ravalement de façade.

Le remplacement de châssis, l'isolation de tous les murs et des toitures, le remplacement des tuyauteries et des radiateurs avec placement de vannes thermostatiques intelligentes, le nouvel éclairages LED et l'installation d'une ventilation mécanique double flux avec récupération de chaleur vont permettre des économies d'énergies de tailles. Concrètement, cela se traduit par une diminution de 32% de la facture d'électricité et de 75% de la facture de gaz soit une économie estimée à 19.500 euros par an. L'ensemble du chantier est évalué à 4 millions d'euros. Les travaux ont également permis de rendre totalement accessible l'ensemble des locaux aux PMR. 

© D.R.

Les équipes du Bureau d'études d'IGRETEC ont opté, pour un parement en briques de ton gris et des panneaux en fibre ciment de ton gris moyen. "L’objectif était d’offrir une esthétique plus contemporaine au bâtiment tout en conservant son aspect industriel. C’est également pour cette raison que le dessin des fenêtres a été conservé. A l’intérieur, plusieurs éléments historiques du bâtiment ont été mis en avant pour maintenir l’esprit du bâtiment" explique Xavier BERTO, Directeur du Bureau d’études de l’intercommunale IGRTEEC.

L’Echevin des Bâtiments, Xavier DESGAIN se réjouit et salue la qualité de la rénovation qui vient de se terminer. "Le cachet préservé mais modernisé du bâtiment est une réussite incontestable qui va redonner un lustre particulier à une école dont les missions s’inscrivent dans l’ADN d’une ville au très riche passé industriel. La rénovation énergétique qui va assurer des économies substantielles n’est plus à vanter : la flambée des prix de l’énergie est connue de tous et démontre à quel point il est devenu vital pour une ville, quelle que soit sa taille d’ailleurs mais plus particulièrement quand elle dispose d’un parc immobilier de 400 éléments, de maîtriser au mieux ses dépenses énergétiques. Charleroi, sous cette législature, fait figure de modèle, que ce soit avec Renowat, IGRETEC en tiers investisseur ou sur fonds propres, les dossiers se multiplient et les chantiers se suivent"

© D.R.

Cette transformation énergétique ravit également Julie PATTE, l’Echevine de l’Enseignement, car les effets positifs sont multiples : "C’est une excellente nouvelle pour les équipes éducatives car certes, l’objectif principal est l’économie d’énergie, mais la sécurisation et surtout, les conditions de travail vont, elles aussi, être largement améliorées. Nos enseignants vont pouvoir désormais exploiter à fond tous les locaux. Cette rénovation est le fruit d’une collaboration étroite entre les occupants et les services ayant œuvrés lors des travaux et je pense qu’on a réussi à joindre l’utile à l’agréable. Les formations débutées il y a peu comme Technicien en décoration et Aménagement de l’espace, Ouvrier d’entretien du bâtiment ou encore Technicien en construction vont pouvoir dorénavant s’en donner à cœur joie et je m’en réjouis."

Si le bâtiment accueille quotidiennement des élèves pour des formations, la politique de la Ville est également de maximiser le temps d'occupation des bâtiments communaux. Associations et autres groupes culturels pourront y trouver place pour y mener leurs activités respectives.

© D.R.