C'est en arborant un t-shirt reprenant une célèbre insulte italienne bien lisible que le jeune homme s'est courageusement présenté devant le tribunal correctionnel de Charleroi, ce jeudi après-midi. S'agissait-il d'une forme de provocation envers le tribunal ? Nul ne le saura, mais cela démontre bien la personnalité de Johnny. À bientôt 30 ans, ce dernier semble n'avoir cure de la justice. Comme le démontrent le t-shirt, ses nombreuses condamnations et son casier judiciaire.

En état de récidive, l'homme actuellement emprisonné comparaît pour six préventions de violence : il y a des coups et blessures, mais également un vol et des menaces verbales, sans oublier le port d'un marteau et un harcèlement. Dans l'ordre chronologique, reprenons la scène du 2 février 2021. La justice reproche à Johnny d'avoir frappé sa compagne de l'époque. Pourtant, en aveu des faits jusqu'à présent, le prévenu a changé de position à l'audience et jure « n'avoir jamais levé la main sur sa compagne ».

Un marteau découvert au pied d'un building

Les 20 et 21 février, soit deux grosses semaines plus tard, Johnny confirme s'être présenté au pied d'un immeuble où se trouvait le nouveau compagnon de sa compagne, en réponse à des menaces reçues. « Lui et une autre personne m'avaient menacé de m'égorger. Donc j'ai été sur place, mais personne n'est descendu », confirme Johnny. Toujours selon lui, le marteau découvert par la police dans sa poche venait d'être retrouvé au sol et ramassé. « Alors qu'il avait reconnu qu'il voulait s'en servir pour fracturer la porte et entrer dans l'immeuble », corrige le parquet.

Le lendemain des faits, Johnny a exprimé sa rancœur envers sa compagne dès la fin de sa comparution devant un juge d'instruction. Il a violemment menacé cette dernière, devant plusieurs témoins.

Le 19 juillet, Johnny confirme bien avoir menacé une amie à sa compagne, qui avait recueilli cette dernière à son domicile. « Si tu ne m'ouvres pas la porte pour que je récupère ma femme, je te mets une balle entre les yeux ». Début novembre, Johnny conteste le vol de divers objets appartenant à sa compagne, notamment un GSM dont il revendique la propriété. Pour le parquet, les propos tenus à l'instruction d'audience par Johnny sont inquiétants et manquent de remise en question. Une peine de 3 ans de prison est requise.

Me Sophie Somers, avocate à la défense, plaide elle un sursis probatoire. Mesure de faveur qui serait pour la première fois octroyée à son client. Ce dernier a, selon son avocate, la volonté d'aller vers l'avant et d'entamer des thérapies, notamment pour son couple. Jugement dans deux semaines.