Dans un post Facebook, le collège de Courcelles (bourgmestre et échevins) a fait le bilan de ce premier jour de rentrée.

"83% des enfants portent le masque, et 17% comportent le choix du parent (une attestation de responsabilité parentale signée, NdlR) ou une situation de santé qui ne permet pas le port du masque", peut-on lire. "Nous ne pouvons que saluer les parents, les enfants, le personnel enseignant d'avoir suivi les consignes communales."

Le collège de Caroline Taquin procède alors à justifier - à nouveau - sa décision d'imposer le masque dès six ans à l'école : "l'autorité courcelloise n'est certes pas composée d'experts scientifiques, mais d'acteurs de terrain qui connaissent la réalité de leur commune [...]  Nous nous devons de prendre des mesures de précaution proportionnées au bon moment et en fonction de la sitaution : le port du masque obligatoire à partir de six ans a été imposé dans de grands pays comme la France, l'Espagne, l'Italie et en Asie; ces décisions ont été prises après des études au sein des écoles qui ont mis en lumière le fait que le virus se propage de manière importante." 

En Belgique, le Risk Assessment Group (comité d'experts) a pesé les pour et les contre du port du masque dès six ans, décidant finalement qu'il y avait plus de contre que de pour. La ministre de l'Enseignement - et de nombreux experts - sont d'ailleurs opposés à l'obligation du port du masque dès six ans, et à la décision de la bourgmestre Caroline Taquin et de son collège.