Charleroi

La présidente d'"A chacun son logis", société de logements sociaux courcelloise, veut poursuivre les rénovations et s'axer sur le plus de 65 ans.


Reconduite à la présidence d'"A chacun son logis", la société de logements sociaux courcelloise, Christine Sweert rempile pour 6 ans. Elue à l'unanimité à la tête de l'organisme, la présidente fait l'état des lieux et confie volontiers ses nouveaux projets pour les 6 ans à venir.

Tout d'abord, Christine Sweert a dû faire face dès son arrivée en poste à un parc immobilier vieillissant dont les normes de l'époque n'étaient absolument pas en accord avec la réglementation actuelle : "nous avons 1.050 logements de tous types, de une chambre à 5 chambres mais nous sommes confrontés à des problèmes de salubrité et de sécurité. Nous avons déjà remis aux normes certains logements mais il reste encore du travail. Quand une personne quitte nous essayons de remettre en ordre tout ce qui est isolation et électricité. Pour les diverses rénovations nous avons su refaire 130 logements remis aux normes énergétiques. Nous avons pu réaliser cela avec des subsides et le reste est fait sur fonds propres."

La présidente ne cache pas qu'il y a pas mal de boulot à réaliser. Un quart du parc locatif a déjà été rénové. La société de logement a également obtenu des subsides pour des constructions neuves. Pour 130 logements neufs à terminer ou à faire, il a été versé plus de 10 millions d'euros. 186 logements complètement rénovés. Afin de pouvoir financer de tels aménagements, "A chacun son logis" a mis en vente les plus vielles bâtisses.

En termes de personnels, la présidente peut compter sur une quinzaine d'ouvriers et une quinzaine d'employés. Le personnel à la lourde charge de veiller à la bonne tenue du parc mais également à l'attribution correcte et juste des logements. En effet, le nouveau système à points et 1.000 ménages en attente d'être loger provoquent quelques mécontentements et incompréhensions.

Parmi les objectifs de la présidente, il y a la volonté de loger mieux les seniors qui n'ont pas toujours les moyens de rechercher dans le privé. Il a aussi été mis en place la notion de "loyer d'équilibre". Ce système permet aux personnes qui ont des revenus de par leur travail de se loger à moindre coût. Pour exemple un logement avec 2 chambres est loué 500 euros. "Pour les années à venir nous allons nous axer encore plus sur les plus de 65 ans et les personnes à mobilité réduite. Nous poursuivrons nos efforts pour avoir des loyers les plus justes de la même manière que nous avons supprimer la participation des locataires à l'entretien des espaces verts publics. Cette mesure nous semble plus juste même si cela représente un manque à gagner de 60.000 euros par an."

La présidente se réjouit que tous les services communaux en service aux citoyens (la commune, le CPAS et à chacun son logis) travaillent de concert et plus chacun de son côté.