Le 15 mai 2021, il est environ 4h00 du matin, quand une voiture circule sur le ring de Charleroi. A son bord, le conducteur, Ludovic (nom d’emprunt) a bu. Sa manière de conduire est dangereuse : il zigzague, il frôle les autres véhicules en les dépassant, il percute également les barres de sécurité à deux reprises, une fois à gauche et une fois à droite. Les forces de police vont le poursuivre de l’entrée du ring de Charleroi jusqu’à la Basse-Sambre. Il est interpellé une première fois mais il repart directement après. Lors de la deuxième interpellation, le jeune homme résistera aux officiers de police. Il prononcera des paroles incompréhensibles. Ludovic refusera aussi d’effectuer une prise de sang, de peur de celle-ci soit trafiquée.

Ce mardi, devant la dixième chambre correctionnelle du tribunal de Charleroi, le prévenu explique qu’il n’a pas vu les lumières blues de la police. "Jamais les policiers se sont placés à ma hauteur pour me demander de me ranger sur le côté. Ma volonté n’a jamais été de mettre autrui en danger".

Lors de l’audience, la substitute du procureur du Roi est revenu sur le cassier judiciaire du prévenu. Elle mentionnera que Ludovic a déjà à son actif 48 condamnations pour roulage. Elle le décrira comme un vrai " cow-boy" de la route. Elle a donc demandé deux ans d’emprisonnement.

Cependant, l’avocat du prévenu, maitre Mayence ne comprend pas l’infraction que l’on reproche à son client. Il reconnaît que Ludovic a commis un certains nombres d’infaction de la route. De ce fait, la chambre correctionnelle n’est pas compétente pour juger cette affaire. Il a donc sollicité l’acquittement de son client

Le jugement sera rendu le 13 juillet.