Un remboursement anticipé d’emprunts accélère le retour à l’équilibre.

A Charleroi, les maisons de repos du CPAS vont bientôt renouer avec l’équilibre financier. Et ce dès 2021, annonce le président Philippe Van Cauwenberghe (PS). Trois mesures sont à la source de ce redressement : d’abord, une augmentation de 5% des tarifs de séjour et de service, pour les faire coller à la hausse des coûts. Le rendement de cette disposition a été évalué à 0,8 million. Deuxio : une nouvelle économie sur les frais de fonctionnement, pour les réduire au maximum. 

Mais c’est la troisième mesure qui s’avère la plus rentable à court et moyen terme : le remboursement anticipé de la dette d’investissement. Cette décision va dégager une marge de 536.000 euros cette année. Sur la période 2020-2029, ce sont 2,67 millions d’intérêts bancaires qui seront épargnés, avec neutralité budgétaire de ce secteur à partir de l’an prochain. "Nos maisons de repos ne coûteront donc plus rien à la collectivité. Nous avons consacré de gros moyens à leur rénovation", rappelle Philippe Van Cau. Certaines avaient vieilli. Il fallait les adapter aux normes de confort moderne, remettre leurs installations en conformité. 

L’an passé s’est achevé le remodeling de la résidence Bughin-Durant à Monceau, face au château et au parc : la facture s’est élevée à 10 millions d’euros. Extension de capacité, reconditionnement complet de l’ancienne aile, ouverture de 10 lits de court séjour et création d’un centre de jour. "Nos neuf maisons de repos totalisent 996 lits, avec un taux d’occupation de 98,1% difficilement améliorable. Face aux défis du vieillissement de la population, nous investissons dans l’amélioration de notre offre : construction de résidences services (les cinq implantations totalisent 84 logements), extension de notre réseau de centres d’accueil pour seniors en journée, modernisation de la partie ancienne de la résidence de Marchienne à hauteur de 5,6 millions (subsidiés à 50% par la Wallonie), transformation de la résidence Brichart à Charleroi, avec un nouvel espace de vie de 976 mètres carrés (2,7 millions) sont autant de projets inscrits à l’agenda 2020. Il restera alors à rafraichir Marcinelle, une opération qui ne compromettra pas le retour à l’équilibre." 

Au total, les investissements dans les maisons de repos s’élèvent à 56,7 millions. En anticipant une partie de l’apurement de cette dette, nous nous donnons les moyens de sécuriser l’avenir.