Le centre public d’action sociale (CPAS) de Charleroi a basculé dans un mode de fonctionnement canicule qui l’a obligé à revoir ses procédures.

Pour protéger les populations précarisées des risques de déshydratation, une distribution de bouteilles d’eau a été mise en place en collaboration avec le secteur associatif. "Dans un souci d’efficacité opérationnelle, nous nous sommes appuyés sur la plateforme d’échange et de coordination de l’aide alimentaire", explique le président du CPAS Philippe Van Cauwenberghe. Cette semaine, 1 700 bouteilles d’eau d’1,5 litre seront acheminées vers les douze partenaires du réseau pour qu’ils les offrent aux usagers.

Dans les neuf maisons de repos du CPAS, les 1 014 résidents font l’objet d’une attention continue de la part du personnel d’encadrement et de soins. Avec l’âge, le besoin de s’hydrater diminue et pourtant il est essentiel de boire suffisamment. "Un suivi individualisé est donc assuré, les cuisines sont passées à une alimentation hydriquement riche à base de produits frais et de légumes, nous disposons enfin de grandes salles climatisées pour les mettre à l’abri de la canicule aux heures de grande exposition", indique le président.

Tertio : les infirmières et aides familiales du CPAS sont en contact avec 2 500 seniors maintenus à domicile. Une brochure préventive leur est remise avec des recommandations. Les travailleurs qui leur rendent visite se chargent d’aérer leurs habitations et d’en occulter les fenêtres pour les mettre à l’abri des pics de chaleurs. "Ils s’occupent bien entendu d’hydrater ces personnes, une mesure élémentaire", ajoute Philippe Van Cau.

Celui-ci en profite pour inviter les citoyens à se montrer vigilants vis-à-vis des personnes âgées de leur famille ou de leur entourage qui vivent seules.