Paul Magnette a dressé l’inventaire des moyens dégagés pour moderniser et adapter les infrastructures existantes.

Comme Mons, Charleroi a fait le choix de miser sur la culture pour assurer son redéploiement. Cela se traduit par des engagements concrets. C’est certain : la vitalité culturelle d’une ville tient d’abord à la diversité et au dynamisme de ses opérateurs. Mais cela passe aussi par les briques.

A la demande du conseiller communal Kevin Saladéé (PS), le bourgmestre Paul Magnette (PS) a dressé l’inventaire des moyens dégagés pour moderniser et adapter les infrastructures existantes : sous cette majorité, ce sont pas moins de 41 millions qui ont été investis dans ce domaine.

Avec l’aide de la Région wallonne, de l’Europe et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, une quinzaine de lieux de diffusion et d’animation ont été relookés ou reconfigurés. C’est la création du pôle de l’image qui a consommé le budget le plus important : dans le cadre du plan Phenix de la précédente programmation Feder, 17 millions ont été dégagés pour la transformation de l’ancien siège de la BNB en bordure de Sambre, sur les quais.

Les travaux d’aménagement du Quai 10 se terminent : espaces polyvalents, résidence d’artistes, cinéma multisalles, le complexe sera inauguré à la rentrée prochaine lors d’une grande fête au fil de l’eau.

Pour le théâtre de l’Ancre, 7,2 millions ont été dégagés, 5 pour le BPS 22 et 4,6 pour Charleroi danse.

Le palais des beaux-arts va bénéficier d’une modernisation couplée à l’amélioration de son efficacité énergétique : cela représente encore 4,5 millions. La scénographie du nouveau musée communal des beaux-arts s’élève à 0,75 million. Dans les bibliothèques, la ville a investi près de 2 millions d’euros : celle de Gosselies en a coûté un, celle de Roux 800.000 euros et un budget de 45.000 a été alloué à celle du Vecteur.

L’effort va se poursuivre jusqu’en 2018, d’autres projets se profilent et notamment le redéploiement des centres culturels de l’entité : pour l’extension de l’Eden, 185.000 euros ont été consacrés à l’acquisition du bâtiment voisin sur le boulevard Bertrand.

Il est prévu d’intervenir dans les autres districts de Charleroi : au nord, ce sera sur le centre culturel de Gosselies, à l’est sur le centre Temps Choisi de Gilly, au sud ceux de Mont-sur-Marchienne et Couillet. De grands événements ont contribué au rayonnement culturel de la ville.

C’est l’exposition de Stéphane Vanfleteren au musée de la Photo de Charleroi, le dernier reportage d’un cycle de quatre sur la ville elle-même, qui a accueilli le plus grand nombre de visiteurs : 37.000, ce qui constitue un record. L’exposition d’ouverture du BPS22 rénové (Les Mondes inversés) a atteint le chiffre de 20.000 entrées.