La protection civile et les enquêteurs de la police locale de Charleroi ont fouillé une habitation de Dampremy (Charleroi), ce mercredi. Ils recherchent une jeune fille Russe disparue depuis 2012. 

Selon sa soeur cadette, qui a déposé plainte contre son père pour abus sexuels, ce dernier l'aurait tuée. Il a été placé sous mandat d'arrêt mais aucun corps n'a été retrouvé.

La rue Pierre-Joseph Lecomte à Dampremy a été fermée à la circulation durant plusieurs heures, ce mercredi. La police judiciaire locale de Charleroi et la protection civile y ont en effet mené des fouilles au n°48, une habitation occupée par une famille d'origine russe. La veille, l'une des enfants du couple s'est présentée aux forces de l'ordre pour se plaindre d'abus sexuels de la part de son père, indique le parquet de Charleroi. Elle a également ajouté que sa soeur aînée avait aussi subi des violences sexuelles, mais que son père l'avait tuée.

Les enquêteurs savent qu'en 2012, la fille aînée, alors âgée de 15 ans, avait fugué à plusieurs reprises. Après sa dernière fugue, les services de protection de la jeunesse n'avaient pu revoir l'adolescente. Son père avait alors expliqué qu'elle repassait de temps en temps à la maison, mais qu'elle vivait sa vie de son côté.

Vu les derniers rebondissements, l'affaire a été mise à l'instruction et une perquisition a été menée à Dampremy. Les enfants ont été entendus, de même que la mère qui a confirmé la version de sa fille. Le père, lui, nie les faits en bloc. Il a toutefois été placé sous mandat d'arrêt pour meurtre, séquestration, coups, viols et attentats à la pudeur sur au moins deux de ses filles. Son épouse, elle, a été inculpée et arrêtée pour non-assistance à personne en danger.

A l'heure actuelle, aucun corps n'a été découvert dans l'habitation. L'enquête se poursuit.

© FD
 
© FD
 
© FD