L’histoire pourrait prêter à sourire, mais témoigne des dérives liées à la consommation excessive et simultanée d’alcool, de médicaments et de cocaïne. Gaël, 33 ans, a plongé dans une sorte de dépression, se retrouvant dans un état second. Le 19 septembre 2018, Gaël se rend au magasin Décathlon de Châtelineau. Plusieurs tentes sont exposées sur le parking.

Gaël démonte une tente et essaye, tant bien que mal, de l’embarquer dans le coffre de sa voiture après l’avoir grossièrement repliée. Une envie de camping ou une envie de s’attirer des ennuis ? Difficile à dire. Même Gaël ne l’explique pas, lui qui ne se souvient de rien. Prévenu par un témoin, la police locale intervient sur place. La situation s’envenime avec un des policiers. « Si je te croise en rue avec ta famille, je te démonte et je viole ta femme », prévient Gaël.

Face au tribunal correctionnel, Gaël n’exclut pas la possibilité d’avoir commis les faits. « C’est bien possible, mais je ne me souviens de rien. » Mais le ministère public se souvient très bien de Gaël. Ce dernier possède déjà quatre antécédents judiciaires pour des faits de violence. Quelques mois avant son envie de camping, Gaël a obtenu un sursis probatoire de 5 ans avec une peine de 20 mois de prison par le tribunal correctionnel de Dinant. « Il y a surtout un nombre invraisemblable de dossiers ouverts auprès du parquet pour l’année 2019 », signale la substitute Pied, qui requiert une peine de prison ferme.

Jugement le 21 octobre.