Pour réparer les nids de poule, la ville de Charleroi a augmenté de 60% ses stocks d’hydrocarboné à chaud et à froid. Dans une réponse écrite au conseiller Maxime Felon, l’échevin Eric Goffart en charge de la Voirie indique que 1150 tonnes de matière ont été commandées pour l’année 2022, 800 à chaud et 350 à froid. En 2021, les services en avaient épandu 714 tonnes pour réduire les risques d’accident et d’avarie sur les 660 kilomètres de rues sous gestion communale.

L’échevin Goffart le souligne : Charleroi fait preuve de proactivité dans la gestion de son réseau. Au-delà des réparations provisoires, la qualité des routes s’améliore lentement. En dix ans, 495 rues ont été rénovées, soit via la pause d’une nouvelle couche d’usure, soit dans le cadre de chantiers plus importants avec le remplacement des fondations et la rénovation des trottoirs. Conséquence : l’évolution du nombre de plaintes d’automobilistes dont les véhicules ont été endommagés par l’état de la voirie a connu une diminution spectaculaire depuis 2015. Elle s’est confirmée lors des trois derniers exercices : 178 dossiers avaient été traités en 2019 par le service assurances de la ville, soit presque deux fois moins que quatre ans plus tôt. Ce chiffre est tombé à 118 en 2020, et à 64 l’an dernier (chiffre encore partiel). Soulignons qu’il s’agit de deux années covid, où les confinements ont fortement réduit les déplacements en voiture. Une procédure en ligne de déclaration d’accidents est désormais accessible aux utilisateurs. Cela réduit la durée d’instruction des dossiers et d’indemnisation des victimes.