C'est un procès tout particulier qui s'est ouvert ce lundi 3 janvier. Ce procès est rendu particulier par d'un côté le nombre de prévenus qui auraient participer à la fraude aux voitures neuves et d'un autre côté parce que le procès se déroule durant toute la semaine sur le parquet du Spiroudôme convertit en salle d'audience. Permettant ainsi des débats dans le respect des mesures sanitaires liées à la pandémie de la Covid.

L'information nous provient de nos confrères de RTL sur les lieux. Rappel des faits. 

Certains prévenus sont inculpés pour une dizaine d'infractions mais d'autres pour une seule. Parmi les inculpés, il y a notamment deux policiers de la zone de Charleroi, poursuivis pour avoir donné des informations à l'organisation. Mais aussi des vendeurs de chez BMW/Mercedes et deux employés de la ville de la Louvière. Dans les parties civiles, on retrouve notamment des garages et la Ville de La Louvière.

Le début de l'enquête remonte à 2017. Les premières perquisitions ont eu lieu en 2019. D'autres se sont déroulées en février 2020, chez des concessionnaires automobiles BMW et Mercedes.

Les enquêteurs soupçonnaient des fraudes aux voitures neuves, avec une méthode précise. Les suspects utilisaient des cartes d'identité volées, trouvées ou prêtées par des personnes en situation précaire, des SDF par exemple. Ils montaient ensuite un dossier financier, avec des fausses fiches de paie, des faux revenus ou des fausses charges. Le garage soumettait ça à un organisme financier. L'organisme marquait son accord et accordait un crédit. La voiture était vendue et livrée. Les malfrats ne remboursaient jamais le crédit et revendaient l'auto.

Ces investigations constituent en fait un sous-dossier d'une énorme enquête sur l'arnaque à la voiture d'occasion, qui concernait notamment les gens du voyages. Le procès s'est déroulé en septembre 2020, 79 personnes ont été inculpées. Dans le cadre de ce dossier, les enquêteurs avaient découvert qu'il y avait également des voitures neuves dont l'origine semblait douteuse.

Ce lundi matin a été consacré aux auditions des prévenus, ensuite la parole a été donnée aux parties civiles et l'après-midi est réservée au réquisitoire du procureur fédéral. Mardi, les plaidoiries des avocats commenceront, jusqu'au mardi suivant normalement.