Pour rappel, le 11 mars 2019, Olivier Marcolini, 37 ans, a tragiquement succombé à un traumatisme crânien à la suite d’une chute fatale au sol. Éducateur au sein de l’ISPPC et travaillant à l’Athénée Royal Pierre Paulus de Châtelet, Olivier était unanimement apprécié de tous et également entraîneur de foot au club de Tarcienne.

Ce soir-là, Olivier a chuté du capot de la voiture de Fabienne, son ex-compagne depuis quelques semaines à l’époque. À 23H52, Olivier s’est retrouvé face au véhicule. Damiano, lui, est au volant lorsqu’il voit Olivier monter sur le capot de la voiture… "Je ne lui voulais pas de mal. Je voulais simplement partir", confirme le trentenaire en admettant avoir donné un coup de frein, qui a déstabilisé Olivier Marcolini, provoquant sa chute au sol avant son décès quelques heures plus tard…

Ce mercredi matin, dans une salle d’audience remplie, les avocats des deux prévenus ont enfin pu plaider sur ce dossier émotionnellement lourd. Me Nabil Khoulalene, à la défense de Damiano qui est poursuivi pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, plaide l’état de légitime défense pour son client. « Le comportement d’Olivier n’était pas normal et pas irréprochable, notamment durant la course-poursuite de 7 minutes. Il a rejoint celle qu’il aimait pour la réconforter avant d’être victime d’une agression. Je ne suis pas certain d’avoir une réaction autre que la sienne si j'étais à sa place. »

Fabienne, elle, est en aveux d’avoir frappé Olivier quelques heures avant cette funeste scène, mais conteste ne pas lui avoir porté secours après sa chute. Selon Me Régis Brocca, son conseil, la quadragénaire ne pouvait pas se rendre compte des conséquences provoquées par la chute. « Olivier est entré dans une rage folle. La course-poursuite n’a pas débuté à cause de ma cliente, mais à cause du véhicule suivant qui a lancé la course-poursuite. Elle a été prise d’une crise de panique et elle a mis ses mains sur les yeux. À aucun moment, elle ne pouvait se rendre compte que la chute a entraîné des conséquences pareilles. » Un acquittement est plaidé pour cette prévention.

Le tribunal prononcera son jugement le 10 novembre.