Dans la nuit de lundi à mardi, vers minuit, une ambulance a été dépêchée en urgence dans la rue Chausteur à Lodelinsart. Une femme d'une quarantaine d'années faisait une forte hémorragie. Mais un urgentiste a noté la présence de placenta et d'un cordon ombilical: elle venait visiblement d'accoucher. Envoyée sur place quelques heures plus tard, la police a découvert le corps du nourrisson, sans vie, dans la maison familiale.

Les circonstances exactes de cette terrible nuit sont floues. Le parquet de Charleroi a d'ailleurs ouvert une instruction pour homicide volontaire, les proches ont été interrogés pendant qu'une autopsie était effectuée sur le bébé. 

Mais le mari prend la défense de son épouse : "dès qu'elle a pu, elle a dit aux infirmiers ce qu'il s'était passé. Une fausse couche. Le bébé était mort-né, c'est important de savoir qu'elle ne lui a rien fait. Elle a juste eu une mauvaise réaction en voulant cacher le bébé pour ne pas que les frères et sœurs le voient", nous explique-t-il par téléphone. "Ça nous est tombé dessus comme ça, personne ne savait qu'elle était enceinte, pas même elle..."

Un déni de grossesse : ce phénomène rare, avec une prévalence estimée entre 0,5 et 3 pour 1 000 naissances en France, peut se montrer particulièrement violent. La mère n’est pas au courant qu’elle est enceinte, jusqu’à l’accouchement. Même les médecins passent souvent à côté de ce genre de grossesse. "Et puis en quelques secondes, il faut admettre la réalité d’une grossesse puis d’un accouchement, toutes choses qui prennent habituellement neuf mois avec consultations multiples et préparation à l’accouchement en prime", expliquaient des experts dans une étude de 2016 publiée dans Louvain Médical.

Interpellé et auditionné, le père a été relaxé après quelques heures. Ce jeudi matin, il était d'ailleurs aux pompes funèbres "pour les arrangements du petit bout". Déboussolé, il nous explique que sa femme ne va, évidemment, pas bien : "c'est un deuil pour toute la famille, c'est difficile, pour nous, pour les grands frères et les grandes soeurs... On se retrouve avec un enfant perdu, du jour au lendemain. Ça aurait peut-être été pire si on savait qu'elle était enceinte, mais c'est terrible malgré tout."

Il ne fait par contre aucun commentaire sur l'instruction ouverte par le parquet : "ça suit son cours, la procédure a été lancée. Je pense que dans des circonstances pareilles, ils sont bien obligés. Mais nous n'avons rien à nous reprocher, je le répète." Le parquet nous le confirme: le dossier a été ouvert avec une qualification d'homicide volontaire sans avoir d'éléments à charge de la mère. Ce sont les circonstances du drame et la découverte du nourrisson qui ont conduit le juge d'instruction à retenir cette qualification. Qualification qui peut d'ailleurs changer à tout moment, en fonction des éléments du dossier.