La justice a estimé que Salim avait bien vendu et détenu de la cocaïne et de l'héroïne dans quelques communes carolos entre juillet et septembre 2021. Condamné à 18 mois de prison, Salim espère bien échapper à la prison grâce à une opposition.

Si la justice a eu vent des agissements suspects du dealer, c'est grâce à une toxicomane auditionnée dans un tout autre dossier. La consommatrice a balancé Salim comme étant l'un de ses fournisseurs. « Elle a reconnu l'autre personne concernée dans le dossier, ainsi que le prévenu. Elle achetait à proximité du Vélodrome de Gilly. Elle a même fourni le numéro de téléphone utilisé par l'autre suspect dans ce dossier », pointe le parquet.

La confirmation de la peine de 18 mois de prison a donc été sollicitée, avec un sursis partiel. Mesure de faveur qui avait été octroyée à l'autre suspect. À la défense, Me Cigna estime elle que cette seule reconnaissance ne suffit pas à confirmer le statut de dealer de Salim. Un sursis simple est plaidé, uniquement pour le séjour illégal reconnu par le prévenu. Jugement le 16 juin.