Les jeunes parents en ont tous fait l’expérience : certains événements ne leur sont pas vraiment accessibles faute d’adaptation aux tout petits, ils n’ont pas été pensés dans le concept "bébé admis."

Dans le dernier bulletin des questions écrites du conseil communal de Charleroi, le conseiller Ecolo Benjamin Debroux suggère de réfléchir à la création de lieux d’accueil et de bien-être pour les familles, en particulier pensées pour les parents de jeunes enfants. Ce serait ajouter de l’inclusion à l’inclusion, une idée plutôt sympathique dans une ville dont le projet est traversé par la dimension inclusive. 

L’idée n’a pas manqué d’emballer l’échevine en charge des Fêtes Babette Jandrain. Cette dernière reconnaît qu’à ce stade, aucune clause de marché n’impose aux partenaires et co-organisateurs des Big Five d’offrir ce service au public. Il n’existe donc pas d’espace d’accueil enfant ni de garderie lors des cinq grands rendez-vous festifs qui balisent le calendrier événementiel carolo, même si les activités sont le plus souvent construites de telle manière à toucher différentes tranches d’âge. Mais ces "baby corners" lui semblent représenter une opportunité pour répondre à des besoins sociaux pressants. Quand on n’a pas la chance d’avoir des proches ou des amis pour faire du baby sitting, il faut pouvoir s’organiser autrement et cette proposition ouvre des perspectives.  

Ces espaces d’accueil et d’hygiène permettraient aux jeunes parents de venir changer le petit dernier, lui donner le biberon ou son repas voire de l’allaiter. Avec la possibilité de le confier aux bons soins d’une équipe pour une heure ou deux, histoire de profiter pleinement d’une activité. "Nous allons réfléchir aux moyens d’intégrer ces petites infrastructures dans les prochains appels d’offres pour l’organisation des big five."