Ils seront installés et opérationnels avant le 30 juin prochain.

Des espaces de bien-être pour booster la convalescence et la revalidation des patients atteints de cancers : l’intercommunale de santé publique du Pays de Charleroi ouvrira prochainement deux de ses centres à Vésale et à Marie Curie.

Baptisés Intermezzo, ils offriront un panel de services et de soins de la personne : esthétique, coiffure, relaxation, massages, réflexologie plantaire, huiles essentielles, sophrologie, kiné mais aussi groupes de parole pour des partages d’expériences positives. "Il s’agit de mettre à leur portée une petite bulle de bien-être pour les aider à traverser les traitements lourds et parfois épuisants auxquels ils sont confrontés", indique le Dr Triffet, chef du service oncologie-hématologie du CHU de Charleroi. Cela renforce leur adhésion à ces traitements. C’est aussi un levier pour augmenter leurs chances de guérison. Certains patients sont isolés. "Nous voulons les aider à prendre soin d’eux et à s’épanouir malgré leur maladie, selon les guidelines reconnus par la médecine intégrative."

Les espaces seront librement accessibles aux personnes porteuses de cancer, même si elles sont suivies dans d’autres hôpitaux. Des appareils de fitness doux (tapis de marche, vélos, etc.) équiperont les lieux. Parce que comme le rappelle Agnès Triffet, "l’activité physique diminue les risques de rechute dans une proportion importante, de l’ordre de 25 %. Un cas sur quatre, ce n’est pas rien !" Là encore, les aménagements seront pris en charge par le Lion’s club de la Haute Sambre, à hauteur de 25 000 euros.

Chaque patient étant suivi individuellement par une infirmière référente, celle-ci adaptera le programme à ses besoins et attentes : il pourra être orienté vers des séances de groupe ou des sessions individuelles, une gestion centralisée de l’agenda permettant d’organiser au mieux les rendez-vous et d’exploiter les ressources au maximum. Intermezzo, c’est un nom qui résume bien le statut de ses bénéficiaires, entre le traitement actif et le retour à une vie normale. Le projet verra le jour avant la fin du premier semestre, c’est l’engagement de l’ISPPC.

© Albin