Dans le réseau d’enseignement communal de Charleroi, dix écoles ont marqué leur intérêt pour le projet Génération Zéro Watt. "Elles n’avaient été que deux à y participer en 2019-2020", rappelle la Première échevine Julie Patte en charge de l’Enseignement. Ce programme régional vise à mobiliser des enfants âgés de 10 à 12 ans dans une démarche de chasse au gaspillage d’électricité. Objectif : réduire les factures de 10 % sur une période de référence en veillant à utiliser l’énergie de manière rationnelle.

La première édition a apporté des résultats nettement au-delà des attentes. "Une réduction de 45 % des consommations à l’école du Phénix à Dampremy et de 30 % à l’école Destrée de Gilly" se félicite l’échevin de la Transition Écologique Xavier Desgain.

Les deux échevins ont assisté ce vendredi au lancement de l’opération à l’école des Solidarités à Montignies-sur-Sambre. Comme l’explique sa directrice Laurence Crepin, une institutrice de P6, Mme Stéphanie avait décidé de travailler la thématique de la préservation de la Planète. Génération Zéro Watt s’inscrivait parfaitement dans son projet.

C’est une animatrice du Centre régional d’initiation à l’environnement de Mariemont qui encadre la classe de 17 élèves. Elle leur demande de compter les fenêtres du local et les néons qui l’éclairent. À l’aide d’un luxmètre, elle relève les niveaux de luminosité. Des mesures sont effectuées à différents endroits. Ces éléments vont alimenter un audit énergétique qui concernera toute l’école : l’éclairage des classes, mais aussi l’utilisation d’appareils électriques. Les enfants ont pour mission d’élaborer des recommandations qui vont générer des économies.

"Pédagogiquement riche" notent l’échevine et la directrice, "cette démarche est l’occasion de mettre en pratique diverses compétences acquises à l’école : rédaction, expression orale, calcul, dessin…"

Desgain insiste : "c’est aussi et surtout l’occasion d’une prise de conscience, d’un éveil aux avantages de la réduction de la consommation d’électricité, avec des avantages à la fois environnementaux et écologiques. Avec l’espoir que cet apprentissage percole à la maison, que les enfants éduquent leurs parents."

Didier Albin