Ils sont treize à se retrouver sur le banc des prévenus. Douze hommes et une femme. La plupart viennent seulement de souffler leur vingtième bougie d’anniversaire. Certains travaillent en tant qu’intérimaires au Intermarché ou au Carrefour Market, d’autres n’ont même pas la moindre perspective d'avenir dans le monde du travail.

Les treize prévenus sont poursuivis pour leur implication dans un trafic de plusieurs produits stupéfiants dans la région beaumontoise entre 2017 et 2019. Tout débute le 5 mars 2018 lorsque la police contrôle une Peugeot Partner sur un parking. Valentin, Raphaël et Bryan se trouvent à bord, tout comme plusieurs grammes de cannabis ainsi que le matériel nécessaire pour le fonctionnement d’un trafic. Les trois jeunes passent rapidement aux aveux, expliquant vendre leur marchandise dans le coin en se fournissant chez Baptiste, âgé seulement de 22 ans.

De fil en aiguille, l’enquête, et notamment les écoutes téléphoniques, permet de mettre en lumière l’implication des dix autres prévenus dans divers rôles, en passant du fournisseur au vendeur. Le ministère public concède volontiers qu’il s’agit d’une « petite structure mise en place entre les 13 personnes. »

Pour sanctionner le trafic en association, contesté par les prévenus, des peines allant de minimum 12 mois à minimum 4 ans de prison ont été requises. Michel A., déjà condamné par le passé pour des faits similaires, risque la plus lourde peine.

Le dossier a été mis en continuation au 8 septembre prochain, pour permettre à certains avocats de plaider en personne pour leurs clients.