Amine a été surpris par les policiers avec une boulette de cocaïne sur lui, le 5 mai dernier et du cannabis. « Le cannabis c’était pour ma consommation. Je n’avais pas l’intention de vendre, mais j’étais obligé de me lancer pour pouvoir manger », explique-t-il.

Bomudine, lui, reconnaît avoir vendu de temps en temps entre le 22 juin et le 26 juin dernier pour « assurer sa consommation. » Une peine clémente de 18 mois de prison est requise contre ce dernier, sans casier judiciaire. 

Amine, lui, risque une peine de deux ans de prison ferme, à cause notamment de sa précédente condamnation, il y a six mois, pour des faits similaires… 

Les deux jugements seront prononcés ce vendredi.