En l’espace de quasiment une année, Michaël a adopté une attitude désagréable et inacceptable en se montrant violent envers sa compagne et mère de sa petite fille, née en février 2020. La première scène a eu lieu en août 2019, à Charleroi.

Pour une raison inconnue, comme le signale le parquet (même si aucune raison ne justifie des violences intrafamiliales), Michaël a frappé sa compagne, avant de la mordre aux joues et de la pousser contre un mur. Le tout, alors que la victime était enceinte de leur fille au moment des faits.

Le 12 septembre 2020, bis repetita, avec une plus grande gravité dans les faits puisque la mère tenait sa fille à bras quand Michaël lui a porté des coups et l’a poussé une nouvelle fois. « J’avais bu un verre ce jour-là. J’étais arrogant, impulsif, elle m’a giflé et je n’ai même pas fait attention à la présence de la petite dans ses bras », explique le père de famille.

Suite à son comportement violent, ce dernier s’est repris en main notamment sur sa consommation d’alcool. Explications qui réjouissent le parquet, qui souhaite encourager Michaël à poursuivre de la sorte en effectuant un sursis probatoire, pour échapper aux huit mois de prison requis. Jugement pour le 17 janvier.

* Pour rappel, le 0800 30 030, numéro vert en cas de violences conjugales avec une ligne d’écoute spécialisée existe. Confidentielle et gratuite, elle n’est pas un service d’urgence.