Le 21 avril dernier, Djamel a formé opposition au jugement d'avril 2021 le condamnant pour une scène de coups et blessures. Le 16 juillet 2016, lors d'un différend familial, le prévenu a fait cinq victimes. Il y a d'abord eu sa compagne de l'époque, victime de plusieurs coups de poing au visage. Puis quatre proches à Djamel.

Face à la justice, ce dernier n'avait aucun souvenir des faits. Il faut dire qu'au moment des faits, Djamel avait une grosse dépendance à la boisson. Dépendance à l'origine de la scène de violence. Aujourd'hui, ce problème de boisson est derrière le prévenu. « Je ne consomme plus depuis 2019 », confirme-t-il.

Selon Me Charles, à la défense, le dossier a largement dépassé le délai raisonnable. « Entre les faits et le jugement, il y a cinq ans. Et le dossier comporte seulement trois procès-verbaux. » Le parquet s'oppose au dépassement du délai raisonnable et requiert confirmation de la peine de 2 ans de prison, avec un sursis probatoire pour une formation en gestion de la violence et une abstinence à la boisson.

Jugement le 23 mai.