Investie dans la cause des migrants, elle croit au mouvement citoyen en politique.


Bien connue du monde associatif montagnard, Dolores Cerrato a décidé de franchir le cap. De militante citoyenne, elle se lance en politique au sein du parti Osons à Montigny-le-Tilleul.

Approchée par Frédéric De Bon, tête de liste, Dolores a accepté l’offre qui lui a été faite de figurer sur la liste.

Avec son association Récolte solidaire, elle aide les migrants du parc Maximilien à Bruxelles en leur confectionnant des colis de vivres et des produits de première nécessité.

Même si elle apporte assistance et soutien à ceux venus des quatre coins du monde pour chercher un avenir meilleur, elle se sent concernée par l’action locale.

Son implication politique est tournée vers la réalisation de projets citoyens. "Si Montigny-le-Tilleul jouit d’une réputation de ville riche, il faut penser à ceux qui n’osent pas demander de l’aide de peur d’être stigmatisés. Nous avons un CPAS très actif et plein de ressources mais je désire intervenir à mon niveau et offrir mes compétences," précise-t-elle.

"Je ne voulais pas m’investir dans un parti traditionnel et reconnu comme tel. Je me sens mieux dans un mouvement citoyen," se justifie-t-elle.

"Tout ce que je veux amener c’est ma sensibilité et mon envie de prendre soin de l’autre. Lui apporter soutien et écoute. Mes projets ne sont pas irréalisables ni coûteux. Je pense à un système de parrainage où un plus jeune s’occupe d’un aîné et inversement. Il n’y a pas besoin de débourser de grosses sommes pour s’atteler autour de projets pour un mieux vivre ensemble. Je songe également à un frigo solidaire dans lequel les gens pourront trouver des plats préparés lors d’ateliers culinaires."

À savoir si ses projets ne sont pas utopistes elle répond clairement : "En compagnie des migrants, il vaut mieux avoir les pieds sur terre tant la réalité est parfois très dure. Je ne vis pas dans un monde de Bisounours, j’ai simplement envie de m’investir encore plus dans ma commune avec mes moyens pour mes concitoyens."