Un premier examen clinique a été réalisé à l'hôpital, alors que les victimes étaient encore en vie. Michel Masuy venait de se faire opérer et son état confusionnel était important. Les séquelles neurologiques post traumatiques étaient dramatiques. Le même diagnostic a été fait pour son épouse.

L'examen a mis en évidence deux types de lésions au niveau de la tête de Nicole Paternoster : de nombreuses fractures à la face et des lésions hémorragiques au cerveau. "La situation a évolué rapidement, assez dramatiquement. Elle a développé une aphasie et une paralysie du côté droit du corps, dès le 6 mai. Deux jours plus tard, le neurologue l'a opérée à la tête. Elle est ensuite entrée dans un état d'épilepsie permanent, qui a entrainé une dégradation neurologique importante".

L'autopsie a montré une inondation par les voies respiratoires par des liquides de nutrition. La cause du décès est un syndrome d'asphyxie. Un traumatisme crânien initial a entrainé cet état de dégradation neurologique qui a conduit à la mort.

Le légiste pense que Nicole a reçu entre trois et cinq coups, compte tenu des lésions relevées. "Pour expliquer cette hémorragie, il y a eu des coups portés au visage, combiné à un mécanisme de secouement de la tête", a déclaré le médecin.

Michel Masuy a souffert d'un traumatisme crânien au niveau de la face, côté gauche, avec fracture de la mandibule. Un hématome sous-sural côté gauche et une hémorragie ont provoqué un état de dégradation neurologique progressive, accentué après la mort de son épouse. L'ancien policier s'est laissé aller.

Selon le médecin légiste, il a reçu de nombreux coups à la tête. Des coups de pied ne sont pas exclus.

Pour les légistes, l'agression, dont furent victimes Michel et Nicole, est à l'origine de la mort. Une similitude dans la façon de porter les coups, avec une grande violence, a été remarquée. Toutefois, l'expert ne peut pas affirmer qu'ils ont été portés par le même auteur.

Plus tôt dans la journée, l'avocate générale avait demandé à Gheorghita Balan s'il avait pratiqué la boxe. Le premier accusé avait répondu qu'il avait pratiqué la boxe anglaise. Celle qui représente l'accusation remarque également que le premier accusé avait des lésions sur la main droite, lors de son arrestation.

Balan a déclaré, lundi, qu'il avait porté des coups à Michel Masuy, alors que Marin Filimon frappait Nicole.

Ghorgita Balan (31 ans), Marin Filimon (43 ans) et Aurél Nichiforean (39 ans), sont accusés d'un vol avec violence commis à Goutroux le 25 avril 2017, avec plusieurs circonstances aggravantes, dont les meurtres de Nicole Paternoster et de Michel Masuy.

Filimon et Nichiforean sont accusés d'une tentative de vol qui a eu lieu à Gozée le 30 janvier 2017. Il est aussi reproché au premier d'avoir détenu 10 munitions de calibre 16, le 29 avril 2017 à Charleroi. Le deuxième aurait usé d'une fausse carte d'identité, Catalin Micea, un nom qu'il aurait porté publiquement alors qu'il ne lui appartenait pas.

Le procès se poursuivra mardi.