Parce que le meilleur déchet est celui qui n’existe pas, les épiceries locales sans emballage jetable se sont multipliées. A Charleroi, un seul magasin a mis ce concept en avant : c’est le Back to Vrac de Ransart. C’est donc pour rencontrer un large déficit qu’Elodie Chapelle a construit un projet de supérette durable. La jeune femme est née et a grandi à Charleroi. Si elle s’est installée à Namur pour le boulot, elle a choisi Gosselies pour développer une offre de produits en circuit courts et zéro déchet. Ce sera à partir de septembre rue Tahon à Gosselies face à l’hypermarché Carrefour. Le nom de son enseigne donne envie d’y aller : "C’était mieux demain". Pour proposer le meilleur du local et de l’écologique à ses clients, elle a sélectionné plus de 600 références de produits d’alimentation, d’entretien et d’hygiène issus de filières écoresponsables. Objectif : favoriser une consommation alternative et contribuer à la préservation de la planète. Il sera ainsi possible de trouver les composants de base pour fabriquer soi-même sa lessive, son liquide vaisselle, son savon…

Sur 200 mètres carrés, la boutique concentrera une gamme d’essentiels et de produits plaisir avec des atelier et des conférences en soirée le vendredi, où l’accès sera possible jusque 20h. Une campagne de levée de fonds participatifs est en cours sur la plateforme Crowdin. "A cinq jours de la clôture puisque l’opération se termine le 16 juillet, nous avons déjà atteint le premier pallier de 5.000 euros de financement" petit plus : un contributeur sera tiré au sort pour gagner un panier de produits d’une valeur de 200 euros. Infos sur la plateforme ou la page Facebook "c’était mieux demain".