Pourtant, au début de l'histoire d'amour, tout allait pour le mieux. Maeva (prénom d’emprunt) et Eldad se sont mariés en mai 2014, avant d’accueillir leur garçon en 2017. Eldad semblait être l’homme parfait, celui qui allait rendre heureuse son épouse pour le restant de ses jours… Mais ce ne fut pas le cas. « Il avait besoin du mariage, car sa carte de séjour arrivait bientôt à son terme. Après le mariage, tout a changé et ce fut l’enfer pour l’épouse », indique Me D’Agristina, intervenant pour la victime en remplacement de Me Jean-Philippe Mayence.

Le 26 novembre 2017, à Morlanwelz, Eldad reconnaît avoir giflé son épouse, qui a chuté au sol. La faute à une accumulation d'événements, dont le comportement trop envahissant de sa belle-famille. « Il était omniprésent dans notre vie. Et je manquais de maturité à ce moment-là », explique le père de famille. Pour le parquet, Maeva a été plutôt victime d’une véritable dégelée et l’attitude du prévenu, qui minimise les faits, n’est guère rassurante pour l’avenir.

Assisté par Me Brocca, Eldad sollicite une peine de travail autonome en souhaitant enfin ranger cette histoire derrière lui. Jugement le vendredi 15 octobre.