Charleroi Paola B. est poursuivie pour ne pas avoir présenté sa fille à son père. Deux jugements l’obligeaient à rendre l’enfant.

Le 7 septembre et le 21 décembre 2017, le tribunal de la jeunesse et de la famille ont ordonné que le père, Girolamo C., récupère l’hébergement principal et l’autorité parentale sur sa fille, la jeune Manuela.

En désaccord avec ces jugements, la prévenue s’est rendue, entre le 16 mars et le 29 mars 2018 en France avec sa fille, sans donner le moindre signe de vie aux autorités judiciaires ainsi qu’à Girolamo, mort d’inquiétude. Un mandat d’arrêt européen avait été même délivré à l’encontre de Paola, absente ce mardi au tribunal correctionnel. La mère s’est présentée sur le territoire belge en compagnie de sa fille le 29 mars 2018, mettant fin à plusieurs jours de cavale.

Présentée au juge d’instruction, cette dernière a été libérée sous conditions.

Me Khoulalene est revenu sur l’enfer vécu par son client : "Il a remué ciel et terre pour tenter de retrouver sa fille. Il a également pensé au pire, connaissant les problèmes d’instabilité de son ex-compagne".

Le ministère public a requis une peine ferme et dissuasive contre Paola B. Le parquet s’était également inquiété de la situation : "Vu la personnalité de la prévenue, on aurait pu basculer dans le cas le plus extrême et on aurait vécu un véritable drame". La peine requise se base sur l’état d’esprit de la prévenue, qui n’a absolument pas changé depuis les événements.

Jugement, le 8 octobre.