En septembre 2015, Camille (prénom d'emprunt) est à la recherche d'un véhicule. La conductrice fouille les différents sites possibles, à la recherche de la bonne affaire, lorsqu'elle tombe sur une Fiat Punto mise en vente par Ahmed.

Ce dernier s'occupe de la vente du véhicule de son fils. Les deux personnes échangent des messages avant de convenir de la vente et de la prise de rendez-vous. Le 2 septembre, Camille donne 250 euros à Ahmed, avant de lui verser plus tard une somme de 2.500 euros pour l'achat de la Fiat Punto.

Le 26 septembre, Ahmed et l'acheteuse se retrouvent pour la livraison du véhicule. Mais cette dernière remarque que le nombre de kilomètres renseignés par le vendeur ne correspond nullement à celui mentionné sur le tableau de bord. Camille souhaite donc l'annulation de la vente et le remboursement de l'argent.

Après une houleuse discussion, Ahmed repousse l'acheteuse aux épaules, qui chute au sol. Pour le parquet, ce comportement violent méritait une sanction pénale. Mais compte tenu de l'ancienneté des faits, la mesure de faveur la plus clémente était requise: une suspension du prononcé. Cité à comparaître devant la justice via une citation directe, Ahmed a été reconnu comme l'auteur d'une scène de coups et blessures. Le tribunal correctionnel a suivi le réquisitoire du parquet pour le sanctionner.