Touché par de graves problèmes de santé (crise d’épilepsie et coma), Émile n’avait pas été en mesure de se rendre devant le tribunal correctionnel de Charleroi pour s’expliquer sur les faits reprochés… Son avocat, Me Tanguy Luambua, était par contre bien présent pour donner la version des faits de son client.

En 2020, depuis sa voiture, le septuagénaire a accosté une femme. Cette dernière s’est méfiée à juste titre du comportement suspect de la personne âgée et a refusé de monter dans la voiture. Cette dernière a cependant eu le temps de remarquer que le pantalon d’Émile était baissé et qu’il était occupé à se masturber dans l’habitacle.

La police avait été rapidement avisée des faits. Émile, lui, avait été rapidement identifié grâce à une photo prise par la victime elle-même et qui révélait la plaque d’immatriculation de l’exhibitionniste. Fichier qui avait permis l’identification rapide de l’auteur des faits.

Auditionné à l’époque, Émile avait nié s’être masturbé et avait également démontré son manque de prise de conscience de la gravité des faits commis en rigolant aux questions des policiers. Le parquet avait requis une peine de 6 mois de prison. La défense avait plaidé un sursis simple.

Ce jeudi matin, les deux camps ont finalement obtenu ce qu’ils avaient sollicité.