C’est un homme rempli de remords et prêt à assumer ses actes qui s’est présenté ce mardi matin devant le tribunal correctionnel de Charleroi. Julien, quinquagénaire, admet volontiers avoir été « lâche » en s’en prenant violemment à son épouse, le 16 septembre 2018 dans la caravane familiale. « Je demande encore pardon, comme je l’ai déjà fait à plusieurs reprises à mon épouse. Et je demande aussi pardon à la justice. Il faut être lâche pour frapper une femme. Ce jour-là, je ne sais pas ce qui m’a pris. »

Tout d’abord, vers 9h du matin, Julien a porté un premier coup de poing à l’épaule de la victime, parce que selon le parquet, « l’épouse ne se levait pas assez vite au goût du prévenu. » Rebelote, vers 18h au moment du souper, quand Julien assène deux coups de poing sur le haut du crâne de la victime en découvrant « qu’elle avait préparé des pommes de terre bouillies et non pas les frites qu’il avait exigées. »

Lors de cette seconde scène, le parquet reproche également à Julien d’avoir menacé la victime avec un couteau Opinel, à hauteur de sa joue. Une peine de 6 mois de prison, avec un sursis simple, est requise. Jugement le 4 janvier 2022.

* Pour rappel, le 0800 30 030, numéro vert en cas de violences conjugales avec une ligne d’écoute spécialisée existe. Confidentielle et gratuite, elle n’est pas un service d’urgence.