Armé d’un couteau, Hamed a sauté sur une dizaine de voitures, terrorisant leurs occupants.


On a bien cru à un attentat, le 2 juillet dernier, lorsqu’un individu armé d’un couteau a tenté de s’en prendre sans raison à plusieurs automobilistes, en plein centre d’Aiseau-Presles.

Alors que les Diables Rouges s’apprêtaient à défier le Japon, un appel incompréhensible est parvenu au 101. Hamed, l’auteur de "l’attaque", a tenté d’expliquer qu’il était "poursuivi par des voleurs qui voulaient le tuer". Quelques minutes plus tard, il sautait sur le capot des voitures et tentait d’entrer dans celles-ci afin de porter des coups de couteau aux automobilistes.

"Imaginez la terreur de ces victimes", explique le substitut Luc Bouilliez qui poursuit ledit Hamed B. pour une double tentative de meurtre et des menaces sur une dizaine de personnes. "Il brandissait un couteau et essayait de briser les rétroviseurs ou les vitres. Un jeune garçon de 17 ans, qui était assis sur la banquette arrière du véhicule de son père, a vu le forcené passer son bras par la fenêtre ouverte. Il a évité le coup de couteau grâce à son ami qui l’a tiré vers lui et à son papa qui a eu le réflexe de redémarrer. Un autre conducteur a tenu à rester anonyme, tant il craint des représailles. Hamed B. a passé son torse à travers la fenêtre laissée ouverte et a tenté de l’égorger. La victime a accéléré puis refermé sa fenêtre. Mais le prévenu est revenu à la charge et a tenté de briser sa vitre. Monté sur le capot, il a finalement été projeté au sol et maîtrisé par des témoins."

Pour le parquet, Hamed n’avait d’autre objectif que de tuer les prétendus voleurs. C’est donc une peine de 5 ans de prison, avec un sursis probatoire pour la moitié de la peine qui a été requise.

Me Etève, conseil du prévenu, estime quant à lui que l’intention homicide n’est pas établie. L’avocat évoqué un "bad trip" de son client qui avait acheté de la cocaïne à un dealer qu’il ne connaissait pas.

"Hormis une égratignure, on ne déplore heureusement aucune blessure. Son problème, c’est la drogue. Il lui faut impérativement une cure de désintoxication", a plaidé Me Etève qui sollicite un sursis probatoire.

À noter qu’en février dernier, Hamed avait déjà été interpellé en possession de deux couteaux, après avoir défoncé la porte d’une amie qui lui devait de l’argent. Jugement le 19 novembre.