De son propre aveu, Cédric est loin d’être un alcoolique profond qui passe le plus clair de son temps à vider les bouteilles. Mais il lui arrive, de temps en temps, de boire un verre. Cédric ne s’est jamais retrouvé dans un état second à cause de l’alcool. Sauf le 1er avril 2020, jour où il admet avoir connu sa première et dernière crise de boisson.

Ce jour-là, Cédric a frappé Anaïs, sa compagne depuis plus d’une dizaine d’années, sur la voie publique à Forchies-la-Marche. Sous les yeux des enfants en pleurs, la police est intervenue sur les lieux suite à l’appel d’un voisin. Malgré la violence de la scène, Anaïs n'a pas souhaité porter plainte.

Cédric, lui, a été entendu, mais n’avait aucun souvenir des faits. « C’est la première fois que ça m’arrivait. Et j’espère que ce sera la dernière fois… », souhaite Cédric. La substitute Pied espère de tout cœur qu’il s’agit d’un acte isolé. En tout cas, le casier judiciaire de Cédric ne laisse pas entrevoir un comportement violent. « Il y a un seul antécédent pour alcoolémie au volant. Il n’y a rien d’autre pour affirmer qu’il s’agit d’une habitude dans son chef. »

Une mesure de faveur est donc suggérée par le parquet. Ce à quoi ne s’oppose pas Cédric. Jugement le 11 mai prochain.