Cela devait être une simple soirée entre amis. Mais à cause du comportement déviant d’Antonino, cela s’est transformé en véritable cauchemar pour Laura (prénom d’emprunt). La nuit du 16 au 17 mai 2020, cette dernière a été violée dans l’une des chambres d’une colocation dont faisait partie le prévenu…

Avant ces faits ignobles, Laura et Antonino ont profité de la soirée avant que la jeune femme monte à l’étage, pas très en forme après avoir bu. Rapidement, Antonino la rejoint pour profiter de l’occasion pour passer à l’acte. Ce mercredi, le tribunal correctionnel a écouté les différentes parties. Le premier fut Antonino. Condamné à 4 ans de prison ferme par défaut, il a formé opposition au jugement. S’il était absent pour se défendre la première fois, c’est à cause d’une suspicion de cas Covid.

Interrogé sur les faits que le parquet lui reproche, Antonino signale avoir "obtenu le consentement de la victime" lors d’une seconde tentative. "Avant ça, on avait parlé une première fois et je lui avais touché les seins. Elle m’avait dit non avant de se rendormir. Après j’ai recommencé à la retoucher avant de la pénétrer", explique-t-il. Laura, elle, jure dans son audition "avoir été complètement bourrée cette nuit-là et s’être réveillée alors que son agresseur était déjà sur elle." Bref, comme une femme sur quatre, elle a subi des violences sexuelles. La jeune femme a cependant évoqué son calvaire à une amie, avant de porter plainte à la police dès le lendemain.

Pour le parquet, il s’agit bel et bien d’un viol par ruse, vu l’état de la victime, incapable de donner son consentement. La peine de prison qui a déjà été prononcée est de nouveau requise. Jugement dans un mois.

* Pour rappel, un numéro gratuit, le 0800 98 100, existe. Géré par SOS Viol, il offre écoute anonyme et soutien aux personnes victimes de violences sexuelles et à toutes celles et ceux concernés par la problématique.