Le parquet souhaite voir José, condamné deux mois plus tôt, en prison.

Atteint par de graves problèmes de santé, José, qui réside actuellement en Espagne, est loin d’être un enfant de chœur. Il a connu de nombreux problèmes avec la justice, notamment pour des produits stupéfiants. En janvier 2018, José a d’ailleurs écopé de 18 mois de prison avec un sursis de 3 ans par le tribunal correctionnel de Charleroi. Deux mois plus tard, José est convoqué devant le tribunal correctionnel dans un dossier de drogues. Lors de la fouille à l’entrée du palais de justice, les agents de sécurité découvrent un couteau à cran d’arrêt dans sa veste, offert la veille par son père.

José est également poursuivi pour la détention de plusieurs armes découvertes lors d’une perquisition au domicile de sa compagne. Le 9 novembre 2016, la police retrouve un spray lacrymogène, deux matraques réversibles, un pistolet d’alarme et des cartouches.

Une peine de prison ferme, laissée à l’appréciation du juge Davio, est requise par la substitute Broucke. La défense plaide l’absorption avec le jugement de 18 mois de prison, expliquant que son client craint de sortir sans objet après avoir été victime de plusieurs agressions. Jugement le 1er septembre.