Cela devait être le plus beau jour de la vie d’Amaryllis et de son fils. Mais de la faute de la mère, cela s’est plutôt transformé en cauchemar… Le 13 novembre 2019, la jeune femme a accouché de son premier enfant au GHdC. Avant l’accouchement déjà, les premiers signaux envoyés par la future mère n’étaient pas rassurants… "Le personnel hospitalier avait des doutes sur les capacités éducatives de la mère et du père de l’enfant", confirme le parquet, indiquant que le séjour à la maternité a été prolongé de quelques jours suite aux soupçons.

"Ils ont remarqué des tensions au sein du couple. Le bain du petit garçon était donné rapidement et sans le moindre échange ni réconfort qu’a besoin un nourrisson juste après sa naissance", détaille Me Valérie Lagneaux, désignée tuteur ad hoc pour défendre les intérêts du mineur.

Et malheureusement, les craintes du personnel médical se sont confirmées lorsque la jeune mère a, durant la nuit du 20 au 21 novembre, secoué violemment son bébé. Énervée et fatiguée, Amaryllis a haussé la voix avant de commettre le pire… "Je me suis énervée et j’ai passé mes nerfs sur mon fils. Je ne voulais pas que mon compagnon aille dormir chez ma mère", admet la prévenue.

Le parquet souhaite qu’une peine supérieure à un an de prison soit prononcée contre la prévenue, sans s’opposer à un sursis probatoire. Jugement le 2 novembre.