Le chantier de la piscine communale s’étale sur 370 jours ouvrables

C’est désormais officiel. Les travaux de la piscine de Courcelles débuteront le 29 mars prochain.

Après des années d’attentes, la phase 1 de la rénovation du bassin va, enfin, aboutir. Si le coût total s’élève à 3.300.000 euros, un subside d’1.360.410 euros a été octroyé par le ministre des Sports, René Collin (CDH), afin de financer une partie des travaux.

Le chantier est donc imminent. "La piscine est, toutefois, accessible au public jusqu’au 28 mars", rassure Carl Boucher, gérant du bassin situé au cœur de la cité Guémené-Penfao.

Car, durant les rénovations, les portes resteront closes. Le chantier représente, tout de même, 370 jours ouvrables. "Durant cette période, le personnel ne restera pas au chômage technique", explique le gérant de la piscine. "Les employés seront assignés soit à l’administration communale, soit au CPAS. Une fois les travaux terminés, le quotidien reprendra ses droits."

En attendant, l’annonce du lancement des travaux se veut rassurante. "L’établissement va connaître un sérieux lifting. Cela ne pourra que lui faire du bien", sourit Carl Boucher.

Ainsi, en plus de la création d’une pataugeoire et de la réhabilitation extérieure du bâtiment, la cuve de la piscine actuelle sera remplacée, le matériel de chauffage et de filtration sera revu, tandis que la cafétéria fera peau neuve.

À cela viendra s’ajouter un ascenseur, permettant aux personnes à mobilité réduite (PMR), d’accéder à l’étage supérieur du bâtiment.

Si la fin des travaux est prévue pour la rentrée 2017, la question des cours de natation se pose encore, pour les écoles fréquentant le bassin. Pour l’heure, aucune solution n’a été trouvée. Cependant, Joël Hasselin (MR), échevin des Sports et de la Jeunesse l’affirme, "un compromis sera trouvé."

En effet, des déplacements à La Louvière et Nivelles sont envisagés. Par contre, ils ne seront pas aussi fréquents que les cours de natation. "Disons qu’il s’agira de sorties occasionnelles, s’étalant quatre fois sur l’année. Elles auront un but ludique, différent des cours de natation traditionnels."

Actuellement, la question est encore floue. Elle sera remise sur la table en janvier, afin d’aboutir sur une note positive, en vue de la rentrée 2016.

M.Co.