Les élections sont centrées sur le combat entre Binon et Dolimont.


Cette mandature se passe plutôt normalement à Ham-sur-Heure. Le MR est au pouvoir, avec le bourgmestre Yves Binon, accompagné du CDH dans la majorité. Cap communal, la liste qui souhaite casser la majorité MR-CDH, était seul dans l’opposition, se battant pour se faire une place.

Cependant, l’année dernière, tout dérape. Les listes commencent à se préparer pour les élections communales de 2018, le MR choisit alors son chef de file. Surprise, c’est Adrien Dolimont, le premier échevin, qui est élu et non pas Yves Binon comme il l’aurait espéré. De là, un conflit interne apparaît au sein du groupe réformateur. Le chef de file doit choisir la tête de liste, évidemment Adrien souhaitait se mettre en tête de liste afin d’évoluer dans sa carrière. Mais Yves le veut également. Deux clans se forment : le clan Binon et le clan Dolimont. Un contrat est signé, si Dolimont place Yves Binon en tête de liste et qu’il est élu, il ne fera alors que quatre ans de mandature avant de laisser sa place à son premier échevin.

Ce serait trop beau si l’histoire s’arrêtait là. Mais les tensions au sein du groupe ont continué. Malgré ce qu’ils peuvent dire, les deux clans sont clairement identifiables. Mais surtout, Yves Binon menace de ne pas tenir sa promesse si les choses se passent mal lors de la prochaine mandature. Encore faut-il savoir ce qu’il entend par là…

Le MR ne se présente pas seul aux élections, on retrouvera également Vivre ensemble, la liste citoyenne formée par le CDH. Cap communal se relance une nouvelle fois dans l’aventure en espérant gagner quelques sièges. Au final, tous les feux des projecteurs sont sur ce combat entre les deux grosses têtes du groupe MR. L’expérience ou la jeunesse ? Cette question, tous les citoyens se la posent. On en oublie presque que d’autres listes se présentent.